"Not a Pax Americana" – réflexions cinéphiles…

Just another WordPress.com site

Posts Tagged ‘Kristen Stewart’

Pour revenir rapidement sur la question de la source…

Posted by Axel de Velp sur 7 décembre 2012

C’est après avoir écrit ces trois critiques de manière séparée que je me suis rendu compte de la question commune qu’elles soulevaient : la source d’un film. Si Pakula ou Snyder, à leur manière respective, réussissent à dépasser le matériau de base de leurs films, à proposer une vision de « cinéma » à partir de ce dont ils s’inspirent (qu’il s’agisse aussi de cinéma, le problème n’est pas dans la nature de la source d’ailleurs), c’en est moins le cas pour les trois autres films regroupés dans la critique qui termine cette publication. Et bien que ces trois derniers films ne soient pas foncièrement mauvais (au contraire même, ils sont très regardables), ils font quand même preuve d’une absence flagrante d’intelligence du « cinéma »…

Les Hommes du président

(réal. Alan J. Pakula, 1976 – vu le 31 octobre 2012)

Certainement l’un de mes films cultes sur la politique et le journalisme, le film de Pakula, au-delà de l’histoire captivante qu’il raconte, est aussi une véritable leçon de cinéma. D’abord dans le jeu des comédiens, où Redford et Hoffman exploitent tout leur potentiel d’acteur « classique » américain, épaulés par une ribambelle de seconds rôles campés par des acteurs tous aussi compétents les uns que les autres (Jack Warden, Hal Holbrook, Jason Robards…). Il y a ensuite l’extraordinaire travail d’écriture qui rend parfaitement explicite, sans jamais en simplifier les enjeux, une enquête journalistique particulièrement longue et ardue. Mais ce qui à chaque fois me fascine, est la mise en scène proprement dite, le travail sur le caméra, le cadre et le son. Dans une veine réaliste et classique, Pakula glisse régulièrement de très belles idées de filmage. Il y a une fluidité de la caméra assez inhabituelle qui alterne avec de longs plans fixes qui laissent les acteurs s’exprimer pleinement. Mais la composition du cadre n’est jamais laissé au hasard du jeu des comédiens, au contraire. Il y a d’ailleurs plusieurs plans assez « fous » pour ce type de film : d’un côté du cadre l’on peut voir le visage d’un comédien en premier plan, net, puis lorsque le regard se pose sur le reste du cadre, il y a une zone de flou qui découpe assez bien ce visage des arrières-plans, mais à l’opposé du cadre, il y a un arrière-plan assez lointain qui lui aussi est net. Outre l’exercice technique simple mais toujours agréable à souligner, cette composition particulière du cadre donne tout son sens à l’un des sujets du film : la solitude du journaliste dans son travail d’enquête, mais son appartenance à un univers (celui de sa rédaction) qui le soutient, l’entoure, le porte dans sa quête de la vérité. Le journaliste est un solitaire qui travaille en groupe, aussi étrange que cela puisse paraître. On le voit aussi dans la manière dont « Wood-stein » (contraction amusante du nom des deux protagonistes par le rédacteur en chef du Washington Post) travaillent : chacun avançant seul de son côté sur un élément ou un autre, mais ayant irrémédiablement besoin de l’autre pour que tout fasse sens.

Les hommes du président

Dawn of the Dead

(réal. Zack Snyder, 2004 –  vu le 2 novembre 2012)

Remake du film de Romero, Snyder signe ici une excellente reprise du chef d’œuvre du cinéaste de Night of the Living Dead. Même si le réalisateur de 300 et Sucker Punch, s’éloigne un peu des enjeux politiques qui faisaient tout le sel du film d’origine, Snyder nous en propose une relecture bien plus violente et bien plus dynamique (les années 2000 aidant bien entendu). On peut dire peut-être même plus intime, dans la caractérisation des personnages, en particulier autour de la figure du couple mixte et du bébé à naître. Par ailleurs, le film s’ouvre et se clôture sur deux séquences particulièrement réussies : au début du film, le spectateur est projeté rapidement au cœur des enjeux de survie et de choix cornéliens à faire face aux zombies (celle de la transformation d’une enfant de moins de 10 ans), démarrant comme une simple scène de film d’horreur pour se terminer en vision apocalyptique de la banlieue américaine entourant un grand centre urbain (appuyé par un formidable plan aérien illustrant la chose). A la toute fin du film, au contraire, par le biais du procédé du « found footage », et en particulier avant l’arrivée sur l’île, Snyder revient à un presque huis-clos. Bien que brefs, ces quelques plans ramènent « manu militari » ces mêmes enjeux politiques que le réalisateur avait délaissé dans le reste du film, dont la défiance de l’homme envers l’homme en situation de survie est le plus évident d’entre eux.

dawn of the dead

Twilight – Breaking Dawn – part 1

(réal. Bill Condon, 2011 – vu le 2 novembre 2012)

Twilight – Révélation 2ème partie

(réal. Bill Condon, 2012 – vu le 16 novembre 2012)

Hannibal

(réal. Ridley Scott, 2001 – vu le 5 décembre 2012)

Si l’on ne peut pas dire que Stephenie Meyer soit une auteure particulièrement douée, on ne peut pas lui enlever le fait d’avoir relancer auprès des jeunes les mythes du vampirisme et des loups-garous avec sa quadrilogie Twilight (comme Anne Rice l’avaient fait en son temps avec la série des Lestat, avec peut-être plus de talent que sa jeune consœur). Les différentes adaptations filmiques de ses livres n’ont pas jusqu’ici été particulièrement réussies, même si le lecteur, séduit par les livres (comme moi par exemple), a pu y trouver une vision assez respectueuse (peut-être un peu trop en fait) du matériau d’origine. Avec les deux derniers films de la saga, qui retrace le dernier tome de la romancière, on assiste quand même aux meilleurs épisodes de cette adaptation rigoureuse. Si le cinéaste Bill Condon a une carrière iconoclaste de faiseur correct (plusieurs téléfilms dans les années 90, puis Candyman 2, Dr. Kinsey et Dreamgirls dans les années 2000), on ne peut pas dire que ce soit son approche du film qui le rendent intéressant, il y a même quelques idées assez horribles de réalisation et quelques ratés flagrants par rapport au texte originale. Ce qui donne son charme à cette fin de la saga, ceux sont les choix dans le récit, les enjeux que Meyer dévoilent entre les personnages, les logiques présentes à l’œuvre dès le début de ses livres. Ceux sont les thématiques sur le monde des vampires, tel qu’elle l’a inventé et décrit. Mais à mon sens rien de tout cela n’est le fait du cinéaste et par extension du film lui-même et ni lui ni la proposition filmique qu’il en donne ne viennent les magnifier ou les sublimer. On touche là un des problèmes fondamentaux de l’adaptation au cinéma. Problème que j’ai de nouveau rencontré en visionnant très récemment Hannibal de Ridley Scott. Même situation : excellent thriller comme matériau de base, le film de Scott en est une adaptation correcte mais sans plus. Tout ce qui trouve grâce à mes yeux dans le film est le fait du travail d’Harris et des deux scénaristes du film, excellents eux aussi, Zaillan (Mission Impossible, Gangs of New York, Moneyball…) et Mamet (Le Verdict, Les Incorruptibles, La Prisonnière espagnole, Ronin…). En revanche, rien dans la proposition de mise en scène de Scott ne me convainc vraiment. Au contraire même, les scènes d’actions sont poussives, la violence gore est platement filmée et l’apparition des soi-disant « monstres » comme Mason Verger ou ses horribles porcs de Sardaigne confinent au ridicule dans la manière dont le cinéaste les met en avant (surabondance d’effets de caméra ou de lumière, etc.). Mêmes les comédiens cabotinent, de Hopkins (dont on sent bien que seul le chèque a du le motiver) à Julianne Moore (que j’admire généralement) mais qui ne cherche ici qu’à recréer la Clarice Starling, « inventée » par Jodie Foster, en passant par Ray Liotta, qui rend la scène de fin ridicule alors qu’elle était particulièrement réussie dans le livre. Au final donc le film est intéressant parce que le livre dont il est issue l’était et que son adaptation est correcte. Mais ces exemples sont aussi des exemples d’adaptation ratée à mon sens, car il n’apporte finalement rien ou très peu au matériau d’origine. Ces films ne magnifient pas, ne subliment pas, ne développent pas ce qu’ils proposent de mettre en image. Si je ne suis pas surpris par l’incompétence relative de Bill Condon, je le suis beaucoup plus par celle de Scott, qui avait pourtant su nous donner l’une des meilleures adaptations filmiques de SF qui soit, Blade Runner.

Affiche thaïlandaise

Affiche thaïlandaise 

Affiche japonaise

Affiche japonaise

Affiche polonaise

Affiche polonaise

Autres films vus à cette époque :
Dikkenek (réal. Olivier van Hoofstadt, 2006)

dikkenek

Sinister (réal. Scott Derrickson, 2012)

sinister

The Others (réal. Alejandro Amenabar, 2001)

the others

Baaria (réal. Giuseppe Tornatore, 2009)

baaria

Posted in Cinéma | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »